Votre panier est vide  Votre compte

Méditer seul est une impasse.

Les débutants non guidés vont directement vers l'impasse.

S'aventurer sur la voie

Méditer seul est essentielle pour les méditants réguliers. Ils ressentent ainsi l'importance d’entretenir à tous moment cette pratique. Mais pratiquer toujours en solitaire est une des nombreuses impasses de la pratique méditative.

Méditer, c’est aussi travailler sur son ego. Seul, sans les conseils et les "moyens habiles" mis en œuvre par un guide, on se fourvoie dans les illusions entretenues par nos intentions, buts et désirs (l'ego). Toutes les manifestations égotiques seront repérées par le "tuteur" et montrées en miroir au "novice".

Si la méditation est simple, elle n’est pas facile, elle nécessite rigueur, patience, persévérance, assiduité... Vu la difficulté de cette pratique millénaire et ses implications psychologiques, il est certain qu’elle doit s’apprendre auprès d’un enseignant expérimenté ?

En commençant seul, on se pose forcement des questions : « Est-ce que je médite correctement ? », « Que dois-je ressentir ? »… Investir du temps dans cette activité sans être certain d'être sur la bonne voie et de progresser est vite décourageant. Vous savez, que la méditation peut vous aider, mais, faute de directives claires, dans votre quotidien déjà chargé, vous arrêtez et c’est dommage !

Apprendre la méditation auprès d’un enseignant offre de nombreux avantages. Il vous guide personnellement en fonction des difficultés qui sont les vôtres. Il répond à vos questions et vous aide à dépasser vos doutes.

De plus méditer avec une personne ayant plus d’expérience que soi fait progresser. Un phénomène énergétique fait que l’état de calme et présence "déteint" sur vous. Ce phénomène énergétique se nomme, « i shin den shin», en jargon zen, « de mon âme à ton âme », c’est-à-dire que l’état d’être d’une personne affecte celui d’une autre (en positif comme en négatif !). Etre auprès d’une personne centrée et sereine favorise ces mêmes états en nous. Méditer avec une personne plus enracinée que nous dans le présent, fait percevoir cette présence.

Il s'agit aussi de pratiquer en groupe car cela entretien grandement la motivation. Dans un groupe de méditation on ne manque pas de sentir à quel point les énergies sont augmentées par l'effet de groupe. http://www.mediterzen.com/pages/seances-de-meditation-collective.html​

Le Dalai-Lama lui-même met en garde les occidentaux sur les risques d'une « pratique sauvage » de la méditation. Car à défaut d'une bonne compréhension et pratique des philosophies orientales, méditer peut comporter des risques physiques et/ou mentaux. « Celles et ceux qui désirent méditer longuement et profondément doivent se faire aider. ».


Toute manifestation d’ego dans la pratique du novice sera pointée par la personne que l’on aura choisie pour guide. La méditation est une pratique concrète, il est impossible et même nocif, d’en avoir une connaissance uniquement intellectuelle. Toutes les formes de pratique méditative accordent une place fondamentale à l’expérience physique et aux repères d’ancrage qu’elle procure. La méditation n’est jamais quelque chose d’uniquement cérébral et conceptuel, c’est toujours une expérience de conscience globale, vécue dans l’unité corps/esprit/cosmos. Parfois la méditation peut nous faire nous sentir anxieux, ou comme déphasé. C’est le signe d’un manque d’ancrage et d’enracinement. La méditation agit comme un miroir. Donc en méditant, nous pouvons rencontrer des parties de soi qui sont instables et agitées. Mises en lumière par l’attitude méditative, elles vont être soignées et même guéries, à condition qu’il y ait persévérance dans la pratique méditative sans aucune manœuvre d’évitement égotiques. Si avec la méditation il y a confusion et anxiété c’est qu’elles étaient déjà là, ce n’est pas la méditation qui la produit. Voir ses schémas égotiques et ses chimères en face sans possibilité d’évitement est une expérience difficile. Un vent de déstabilisation aura vite fait d’agiter qui manque d’enracinement. Un arbre qui pousse trop rapidement très haut vers le ciel, sans prendre soin de son enracinement, sera ébranlé même par les petits coups de vent.

Les deux formes apparentes de méditation, seul ou en groupe, sont complémentaires. Il s'agit d’expérimenter les deux. Pratiquer une seule de ces deux façons est une impasse de la méditation.

Avec la méditation même seul on n'est jamais esseulé. La méditation n'est pas une pratique solitaire.

Solitaire mais Solidaire.


Le débutant en méditation va tomber nez à nez avec « le gardien du seuil ». Métaphore, légende ou mythologie !?

Le gardien du seuil celui qui vous ouvre la porte des mondes supérieurs. Mais à la condition que vous l’affrontiez sans peur. Car ce gardien est monstrueusement laid. Il est constitué de tous vos défauts et bas instincts. Seul l'initié qui a réussi à vaincre ses propres chimères peut le surmonter, assumer et ainsi pénétrer la Voie.

Légende ou réalité !? Quoi qu'il en soit, pour commencer à pratiquer la méditation, faites vous accompagner, surtout si vous avez des difficultés psychologiques et/ou une personnalité complexe.

« Le gardien du seuil » (exemples en images ci-dessous Clin d'œil

Gardien du seuilGardien du seuilLe gardien du seuilGardienne du seuilGardien du seuilGardiens du seuilGardien du seuilGardien du seuilGardienne du seuil


Carte de visite Zenergym